Ad-femina est une enquête de l’OFDT menée en 2018 auprès du réseau d’addictologie sur l’accompagnement socio-médico-éducatif dédié spécifiquement aux publics féminins, appelé ici

« accompagnement féminin ».

Au moyen d’un questionnaire en ligne, accessible du 1er mars au 15 mai 2018, elle s’adresse à toutes structures et équipes d’addictologie

 


Lire l'article

Ce travail a été réalisé par Nicolas Charpentier, étudiant en master de sociologie, dans le cadre du séminaire de Morena La Barba, méthodes audiovisuelles et photographiques de la Faculté des sciences de la société de l’Université de Genève, au printemps 2017. Ce projet de recherche a permis de faire émerger la parole de deux hommes gays pratiquant le slam, en regard des représentations développées sur eux et leur pratique du slam, dans la communauté LGBT, le milieu médical ou encore dans les médias.

 

Voir la vidéo

Ce rapport est divisé en 5 chapitres.

Le premier est une synthèse de la revue de littérature scientifique réalisée sur un corpus datant des cinq dernières années de recherche.

Le deuxième chapitre est consacré aux différents outils utilisés en pratique par les acteurs de terrains et pouvant être mis en place rapidement. En particulier, il s’agit ici de décrire plus en détails ce que signifie les « compétences psychosociales » pour des chargés de prévention, et d’offrir un listing non exhaustif d’outils pouvant être utilisés.

Le troisième chapitre quant à lui évoque les nouvelles méthodes issues de la pleine conscience et la psychologie positive et leur apport dans la prévention des conduites à risque et des addictions, en particulier chez un public plus jeune.

Le quatrième chapitre fait la synthèse des différentes rencontres ayant eu lieu avec les élus et les chefs de service en charge des TAP de 5 communes dans le Puy-de-Dôme.

Le cinquième chapitre expose les initiatives locales déjà en cours.

 

Auteurs et éditeur: Valentin Flaudias, Alix Gravière, Solène Piano et al. Rapport d’analyse CR2A, mis en ligne le 29 janvier 2018

Téléchargez le rapport

Une étude du réseau national d’addictovigilance de l’ANSM rapporte une augmentation des signalements et de la gravité des intoxications liées à la consommation de cocaïne et de crack. Augmentation des signalements d’intoxications : 6 fois plus en 2016 qu’en 2010
Entre janvier 2010 et juin 2017, 1 486 notifications de cas d’intoxications liées à l’usage de cocaïne ont été rapportées au réseau d’addictovigilance dans le cadre de cette étude. L’évolution est marquée par une forte augmentation du nombre de cas sur cette période avec 68 cas en 2010 et 416 cas en 2016. Cette augmentation est majeure entre 2015 et 2016 et semble se maintenir en 2017.
Dans les intoxications rapportées, la cocaïne poudre (chlorhydrate) est la substance consommée principalement, devant le « crack » ou « free base » (cocaïne base) et dans une moindre mesure l’association des deux. La forme  « crack », qui possède un potentiel addictif plus important que la cocaïne poudre et dont le mode de consommation par inhalation expose à un risque de complications plus graves, voit sa part de consommation augmentée par rapport à la cocaïne poudre (33 % en 2017 contre 20 à 25 % entre 2013 et 2016).
Augmentation des signalements de complications, des hospitalisations et des décès : 8 fois plus de cas graves en 2016 qu’en 2010
Une augmentation des signalements des cas graves est observée avec 47 cas en 2010 et 375 cas en 2016.
Selon l’étude DRAMES1  une augmentation du nombre de décès directement en lien avec l’usage de cocaïne est observée à partir de 2014 (25 cas en 2010 et 44 cas en 2015).
Pour compléter, une analyse de la base nationale du PMSI2 de 2008 à 2014 a montré un doublement du nombre d’hospitalisations en relation avec l’usage de cocaïne (2 560 en 2008 et 5 316 en 2016).
Les complications les plus fréquentes sont des complications psychiatriques (35 %), cardio-vasculaires (30 %) et neurologiques (27 %). Des complications infectieuses (12 %), des complications touchant le système respiratoire (8 %) et ORL (3 %) sont également rapportées.

ANSM, 25 janvier 2018

Lire le point d'information

 

Afin de mieux connaître les motivations des plus jeunes à essayer et à consommer des substances psychoactives, l'OFDT a mené entre 2014 et 2017 une vaste enquête qualitative, ARAMIS (Attitudes, Représentations, Aspirations et Motivations lors de l’Initiation aux Substances psychoactives) visant à explorer les perceptions des usages de drogues (principalement d’alcool, de tabac et de cannabis) de mineurs tout en retraçant leurs trajectoires de consommation. Au total, 200 jeunes issus de milieux sociaux diversifiés en France métropolitaine et âgés de 13 ans à tout juste 18 ans (16,2 ans en moyenne) ont été interrogés dans le cadre de cette recherche. Dans un environnement marqué par une forte présence et une disponibilité des substances (licites comme illicites), les expérimentations sont des événements courants qui répondent principalement à des enjeux de sociabilité. Ils sont l'occasion pour les jeunes garçons et filles de renforcer les liens avec leurs pairs. Les ressentis vis-à-vis des consommations apparaissent très variables d'un produit à l'autre et ce dès le stade de l'initiation. Ainsi le tabac apparaît-il fortement stigmatisé pour sa nocivité, alors que les consommations d'alcool, globalement associées à des situations et circonstances festives, voient leurs risques largement minimisés. Face à l'image du tabac très dégradée et dénormalisée pour cette génération qui a grandi dans un contexte d'interdiction renforcée de son usage, le cannabis, et surtout l'herbe, bénéficie au contraire d'une représentation positive.
alors que les intérêts à consommer des jeunes gens se mettent en place au fil de leurs "apprentissages", l’étude ARAMIS montre en parallèle que ces adolescents élaborent des stratégies de régulation de leurs usages. L'étude se penche également sur des aspects jusqu'ici peu documentés, comme les motivations à la non consommation ou l'abstinence, notamment en lien avec l'appartenance religieuse.

Ivana Obradovic, OFDT, Tendances n° 122, décembre 2017

Téléchargez la revue

Une équipe de recherche du Laboratoire interdisciplinaire d'évaluation des politiques publiques (LIEPP) en partenariat avec la MILDECA a conduit l'évaluation de 4 actions particulières menées dans le cadre du Plan gouvernemental 2013-2017 de lutte contre les drogues et les conduites addictives:     une qui relève du domaine de la « lutte contre les trafics » (action 'Argent facile' menée par une association spécialisée en addictologie);    deux autres du domaine de la « prévention et communication » (action 'Etudiants-relais-santé' et action 'Alcoolisation foetale');    une dernière du domaine de l'« accompagnement et soin » (action 'Consultations Jeunes Consommateurs').

Louise Lartigot-Hervier, LIEPP Policy Brief, n°37, janvier 2018

Téléchargez le document sur le site du LIEPP  

"Au moment où le gouvernement français, sur la lancée de l'élection du président Emmanuel Macron, s'apprête à réviser à la marge le dispositif de répression de l'usage des stupéfiants (contraventionnalisation pour primo-interpellation), la prise en compte de l'aspect économique de la consommation de drogues et de leur trafic est curieusement absente du débat. C'est d'autant plus étonnant pour un gouvernement qui se veut managérial et garant des équilibres budgétaires. On peut difficilement incriminer le manque d'informations, que ce soit sur les drogues légales ou illégales, ou la difficulté de la prospective puisque, pour le cannabis, l'évolution de la législation dans certains pays (Etats-Unis, Uruguay) permet déjà de tirer des enseignements, à la fois pour la santé publique et pour l'évolution du marché. Par ailleurs, nous disposons pour la France d'éléments solides concernant le coût social des drogues licites ou illicites grâce aux travaux de l'économiste Pierre Kopp publiés en 2015, financés par la Direction Générale de la Santé."

N. Simon, A. Rigaud, B. Basset, M. Savy, Décryptages n°29, 2018

Téléchargez le document

Les constats de TREND 2016-2017 insistent en premier lieu sur la forte présence de la cocaïne sur l'ensemble du territoire métropolitain. Alors que ces dernières années les flux d'approvisionnement en provenance des Antilles et de la Guyane se sont intensifiés, ils ont entraîné une élévation des teneurs moyennes en principe actif dans les produits en circulation. Dans ce contexte, on observe une nouvelle impulsion de la diffusion du produit et des signalements de problèmes sanitaires en hausse.
TREND consacre un autre chapitre de son analyse à la dynamique renforcée de l’offre d'héroïne, désormais plus présente dans le sud du pays et en Rhône-Alpes.
En matière de cannabis, dans la lignée des observations des années précédentes, TREND souligne la place croissante de l'herbe alors que des problèmes de santé sont plus fréquemment évoqués. S'agissant de MDMA, les auteurs reviennent sur l'engouement pour les comprimés d'ecstasy très recherchés.
À propos des nouveaux produits de synthèse (NPS), dont une cinquantaine ont été identifiés pour la première fois en France en 2016, l’analyse de TREND montre que ce sont toujours des cathinones (essentiellement 4-MEC et 3-MMC) qui sont principalement recherchées par les usagers.
Concernant les populations observées par le dispositif TREND, les constats insistent sur leur grande diversité et la fragilité avérée de nombre d’usagers. Par ailleurs, le numéro de Tendances revient sur les pratiques de chemsex et de slam (consommation par injection lors de relations sexuelles) qui impliquent des cathinones de même que des substances stimulantes classiques (cocaïne, MDMA).
Enfin, en matière d'offre, TREND revient sur les techniques des trafiquants pour satisfaire les demandes des usagers en diversifiant les techniques de vente (promotions, SMS de relance, cocaïne call centre...). Dans le même temps, le document de synthèse revient sur les phénomènes de violence en lien avec les trafics qui gagnent en visibilité.

Agnès Cadet-Taïtou, Michel Gandilhon, Magali Martinez et al.,OFDT, Tendances, n° 121, décembre 2017

Téléchargez le document

Ce rapport, adressé chaque année à l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) sur l'état du phénomène de la drogue en France, est présenté sous la forme de 10 chapitres ou workbooks. Après avoir décrit le cadre légal et la politique de lutte contre les drogues illicites, il réunit les dernières données de prévalence d'usage en populations adulte et jeune ainsi que celles relatives aux conséquences sanitaires de ces consommations et aux demandes de traitement. Il détaille aussi les évolutions des marchés des différentes drogues et aborde la réponse pénale, notamment grâce à un chapitre dédié à la prison. Enfin, il dresse un panorama (en anglais uniquement) de la prévention, des avancées en matière de réduction des risques et des dommages, des bonnes pratiques et de la recherche en matière de conduites addictives en France.

OFDT, Rapport national à l'EMCDDA - 2017

Consultez le rapport

L’unité INSERM 1107 Neuro Dol de l’Université d’Auvergne et les services de pharmacologie médicale et de la douleur du CHU de Clermont Ferrand ont initié depuis le début de l’année 2017 la structuration d’un Observatoire Français des Médicaments Antalgiques (OFMA).
Au menu du site internet : des actualités, des données d'observation, des publications, des recommandations, des enquêtes/études, des données de pharmacovigilance / addictovigilance...
Consultez le site internet

A lire en particulier sur le site

Risque d’abus et d’overdose lors de l’usage hors AMM du sulfate de morphine en France
C. Bertin, J. Delorme, M. Riquelme et al., Lettre du Pharmacologue, N°4, Octobre-Décembre 2017 - Dossier Antalgiques
Téléchargez l'article

Pharmacoépidémiologie de l’usage des antalgiques opioïdes en France
M. Barreau, C. Chenaf, J. L. Kabore et al., Lettre du Pharmacologue, N°4, Octobre-Décembre 2017 - Dossier Antalgiques
Téléchargez l'article

Derniers contenus professionnels