Objectif : Évaluer le lien entre l’exposition des enfants aux écrans, tels que la télévision, l’ordinateur, la console de jeux, la tablette ou le smartphone, et les troubles primaires du langage.
Méthode : Notre étude multicentrique cas-témoins a concerné 167 enfants âgés de 3,5 à 6,5 ans, nés entre 2010 et 2012 et diagnostiqués avec des troubles primaires du langage, et 109 témoins ne présentant pas de trouble du langage. Les questionnaires ont été complétés par leurs parents, recrutés via 16 cabinets de médecine générale et 27 cabinets d’orthophonistes en Ille-et-Vilaine. Les données ont été analysées à l’aide de modèles de régression logistique multivariée et présentées sous forme d’odds ratio ajustés (ORa) avec leurs intervalles de confiance à 95% (IC95%).
Résultats : Nous avons constaté que les cas (44,3%) et les témoins (22,0%) qui étaient exposés aux écrans le matin avant l’école étaient trois fois plus à risque de développer des troubles primaires du langage (ORa=3,40, IC95% [1,60-7,23]). Et lorsque ce risque était associé au fait de discuter rarement, voire jamais, du contenu des écrans avec leurs parents (ORa=2,14 [1,01-4,54]), ils étaient six fois plus à risque de développer des troubles primaires du langage (ORa=5,86 [1,44 à 23,95]).
Conclusion : Les enfants qui étaient exposés aux écrans le matin avant l’école et qui discutaient rarement, voire jamais, du contenu des écrans avec leurs parents multipliaient par six leur risque de développer des troubles primaires du langage.

Manon Collet, Bertrand Gagnière, Chloé Rousseau, et al., BEH, n°1, 14 janvier 2020

Téléchargez l'article

Ce dossier de presse présente des données issues des Bulletins de santé publique qui proposent une analyse de la consommation d'alcool dans chaque région de France (méropole et DROM) ainsi que des indicateurs régionaux et départementaux de morbi-mortalité associée à l'alcool.

Santé publique France, 14 janvier 2020
Téléchargez le dossier de presse

Bulletin de santé publique alcool en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Janvier 2020
Santé publique France, janvier 2020, 36 p.
Téléchargez le bulletin

Dans ce 5ème volet de la série vidéo « Grand angle – CONSTANCES », Guillaume Airagnes, Psychiatre-addictologue à l'Hôpital Européen Georges Pompidou et chercheur à l'INSERM, et Nicolas Prisse, président de la MILDECA, font le point sur le phénomène de « binge drinking ». Comment le définir ? Que nous apprennent les données de la cohorte sur cette pratique, et comment prévenir les risques associés à ces pratiques ?

DroguesGouv, janvier 2020

Voir la vidéo

"Ce bilan décrit les évolutions récentes de la consommation d’alcool en France et de ses conséquences sanitaires et sociales. Les tendances récentes ainsi décrites sont dans la mesure du possible resituées dans le contexte plus large des évolutions observées depuis le début des années 2000. Cette analyse des évolutions repose sur un ensemble d’indicateurs qui permettent de mesurer avec la même méthodologie les phénomènes observés. Dans le cadre de cette approche, l’objectif est avant tout d’apprécier les tendances. Ce tableau de bord ne vise pas à rendre compte de la totalité des connaissances disponibles sur la consommation d’alcool et ses conséquences. «

Christophe Palle, OFDT, novembre 2019, 18 p.

Téléchargez le document

Dans ce 4ème volet de notre série vidéo « Grand angle – CONSTANCES », Guillaume Airagnes, Psychiatre-addictologue à l'Hôpital Européen Georges Pompidou et chercheur à l'INSERM, et Nicolas Prisse, président de la MILDECA, analysent les liens entre consommation de substances psychoactives et risque de perte d’emploi. Ces données sont issues des résultats de la cohorte CONSTANCES, plus grande cohorte épidémiologique en France et permettent de mieux quantifier les conséquences sociales des consommations à risque.

MILDECA | Grand angle, décembre 2019

Voir la vidéo

Le numéro 136 de Tendances rend compte des observations collectées par le réseau des 8 sites TREND. Il se penche d’abord sur les transformations relatives aux contextes de consommation et aux populations d’usagers. Il évoque l’aggravation des situations de précarité des usagers, les mutations de l’espace festif techno et des pratiques de chemsex dans une frange de la communauté gay. La deuxième partie de ce numéro porte sur les transformations de l’offre qui s’adapte à la demande, et la troisième sur les usages de produits psychoactifs (la cocaïne, la kétamine, le GHB-GBL, le cannabis et le protoxyde d’azote et les opioïdes) qui ont marqué l’année 2018.

Clément Gérome, Agnès Cadet-Taïrou, Michel Gandilhon, Maitena Milhet, Victor Detrez, Magali Martinez, OFDT, Tendances, n° 136, 2019-12, 8 p.

Téléchargez la revue , la synthèse du site de Marseille

Afin de mesurer l’exposition au marketing en faveur de l’alcool tel qu’il est perçu par les adolescents, l’OFDT a développé un jeu de questions (French Alcool Marketing Exposure Scale, FAMES) qui puisse être utilisé dans les enquêtes quantitatives en population générale adolescente. Ce numéro de Tendances rend compte des réponses des 10 591 filles et garçons de 17 ans qui se souvenaient d’une publicité pour une boisson alcoolisée. Les résultats montrent qu'une large majorité d’adolescents mémorise les publicités pour l’alcool et un quart d’entre eux la marque concernée. Internet est désormais un vecteur majeur d’exposition au marketing en faveur de l’alcool.

Carine Mutatayi, Stanislas Spilka, Tendances n° 135, OFDT, 4 p., Décembre 2019

Téléchargez le document

Ce nouveau rapport souligne l’impact majeur des marchés des drogues de l’UE en matière de santé et de sécurité
Chaque année, les Européens dépensent au moins 30 milliards d’euros pour des achats de drogues illicites auprès de réseaux de vente au détail, faisant du marché des drogues une source de revenus majeure pour les groupes criminels organisés au sein de l’Union européenne. Ce montant est révélé ce jour à l’occasion du rendu public du rapport 2019 sur les marchés des drogues dans l’UE, publié par l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) et Europol. Environ deux cinquièmes de ce montant total (39 %) sont consacrés à l’achat de cannabis, 31 % à la cocaïne, 25 % à l’héroïne et 5 % aux amphétamines et à la MDMA.
Les deux agences se sont conjointement mobilisées pour cette troisième édition de l’état des lieux du
marché européen des drogues illicites. Le rapport analyse les étapes de la chaîne d’approvisionnement:
production, trafic, distribution et vente. Il décrit les impacts majeurs du marché des drogues illicites en matière de santé et de sécurité et met en lumière l’importance cruciale d'une approche globale pour la mise en place de politiques efficaces en matière de contrôle des stupéfiants.

Rapport 2019 de l'EMCDA et d'Europol sur les marchés des drogues dans l'Union Européenne, novembre 2019

Téléchargez le communiqué en français ; le rapport complet en anglais

Afin d’explorer les problématiques liées aux usages de substances dans le cadre du programme « Un chez soi d’abord », l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies a réalisé en 2018 l’étude APROCHES, en partenariat avec l’université Aix-Marseille (EA3279) et le CREAI-Midi-Pyrénées (Centre régional d’études, d’actions et d’informations en faveur des personnes en situation de vulnérabilité). Ce programme propose aux personnes souffrant de troubles psychiques sévères qui sont sans abri, un logement en tant que locataire, accompagné d’un suivi régulier par une équipe pluridisciplinaire.
Conduite en réponse à l’appel à projets général 2016 - volet Prévention, de l’IReSP, cette recherche s’est attachée à caractériser la population des consommateurs à risque d’une part et à éclairer les effets du dispositif sur les usages de produits en les reliant à l’expérience et aux trajectoires de vie des personnes d’autre part. Le volet quantitatif de la recherche a reposé sur une étude randomisée réalisée auprès de 703 personnes. Des entretiens semi‐directifs approfondis ont par ailleurs été menés auprès de 23 personnes volontaires.

Caroline Protais, Maïtena Milhet, Cristina Diaz-Gomez, OFDT, 2019, 73 p.

Téléchargez le rapport

Le rapport 2019 est composé de 10 cahiers indépendants : Politique et stratégie nationale, Cadre légal, Usages, Prévention, Prise en charge et offre de soins, Bonnes pratiques*, Conséquences sanitaires et réduction des risques, Marché et criminalité, Prison et Recherche*. Parmi eux, 2 (ceux marqués d'un astérisque) sont disponibles uniquement en anglais.


Après avoir décrit le cadre légal et la politique de lutte contre les drogues illicites, ce rapport 2019 réunit les dernières données de prévalence d'usage en populations adulte et jeune ainsi que celles relatives à la prévention et aux conséquences sanitaires de ces consommations, ainsi qu'aux demandes de traitement et à la réduction des risques et des dommages. Il détaille aussi les évolutions des marchés des différentes drogues et aborde la réponse pénale, notamment grâce à un chapitre dédié à la prison. Enfin, il dresse un panorama (en anglais uniquement) des bonnes pratiques et de la recherche en matière de conduites addictives en France.

OFDT, novembre 2019

Consultez le rapport sur le site de l'OFDT

Derniers contenus professionnels