Si la plupart des utilisatrices et utilisateurs d'Internet profitent des avantages offerts par cet outil, certaines formes d'usage peuvent générer des problèmes et de la souffrance.
Quelle est l'ampleur de l’utilisation d’Internet en Suisse ? À partir de quand considère-t-on qu'une utilisation d'Internet est problématique ? Peut-on parler de cyberaddiction ? Quels sont les facteurs qui influencent les comportements problématiques ? Quels risques y a-t-il et que peut-on faire en matière de prévention, de conseil et de traitement ?
C'est à ces questions que s'intéresse cette édition de la série Focus.

Addiction Suisse, Lausanne, 2017, 6 p.

Téléchargez le document

Suite à plusieurs cas de décès liés à l'usage de drogue dans un contexte sexuel, AIDES a décidé de mettre en place un réseau national d’entraide communautaire pour les usagers de Chemsex, leurs proches, leurs partenaires. Cette initiative est composée d'un numéro d’appel d’urgence, d'un numéro anonyme sur la messagerie WhatsApp et d'un groupe de discussion sur Facebook.  Elle est destinée à gérer les situations qui requièrent une prise en charge immédiate: sur-dosage, surconsommation, état de mal-être physique ou psychologique (bad trip, angoisse, descente), prise de risques à VIH ou hépatites, modification et altération du comportement préventif, sentiment d’isolement, interactions entre les produits psychoactifs et les traitements à VIH, conséquences délétères de la consommation sur la santé, l’environnement familial, social et professionnel, etc.

En savoir plus

Dans  le  cadre  du  système  d’Alerte  Précoce  (Early  Warning  System  –  EWS),  l’Institut  Scientifique  de Santé  Publique  (WIV-ISP)  nous  a  informés  de  la  survenue en  Flandre  de  trois  décès  liés  à  la consommation d’opioïdes de synthèse probablement achetés sur Internet.  

Eurotox, 31 mai 2017

Téléchargez le message d'alerte

L’objectif de la présente synthèse des connaissances est d’identifier les interventions efficaces pour diminuer la consommation excessive d’alcool des adolescents et des jeunes adultes et prévenir les problèmes qui en découlent et de décrire les principales caractéristiques de ces interventions.

Sébastien Tessier, Nicole April, INSPQ, 2017, 67 p.

Téléchargez le document

Les usages de drogues recouvrent des pratiques sociales variées allant de l’expérimentation à la dépendance. Ces pratiques sont le plus souvent envisagées à partir d’un cadrage juridique qui donne lieu à une normalisation de ces conduites à partir d’une réponse répressive. Depuis, les années 1990, le concept d’addiction est venu instituer l’usage de drogues comme un problème biomédical. L’épidémiologie sociale permet de déconstruire l’imaginaire social des drogues construit autour de figures caricaturales marquées par la précarité sociale, en montrant la complexité du lien entre variables sociales et conduites addictives. La recherche en sciences sociales permet de comprendre le développement des addictions, comme le reflet des transformations sociales et politiques des sociétés contemporaines. Elle autorise également à envisager l’usage des drogues au-delà de la pathologie individuelle ou du risque sanitaire, comme des pratiques sociales ordinaires qui prennent sens quand elles sont appréhendées dans leur contexte social et à partir des significations que leur accordent les individus.

Marie Jauffret-Roustide, Questions de santé publique, n° 31, 2017-03, 8 p.

Téléchargez la revue

Ce rapport propose des analyses et recommandations issues du projet "Alcool, Ville et Vie nocturne" qui a pour objectif l’observation et l’évaluation des dispositifs visant à prévenir et agir sur les Alcoolisations Ponctuelles Importantes (API) des jeunes dans l’espace public. Un rapport publié en mai 2017 propose des analyses et des recommandations.

Forum européen pour la sécurité urbaine, 2017

Téléchargez le rapport

Le pharmacien : un acteur dans le repérage de la consommation d’alcool
Cette vidéo met en scène différentes situations permettant aux pharmaciens de délivrer un message de prévention et de réduction des risques non culpabilisant, ou encore, d’ouvrir un dialogue sur une éventuelle consommation à partir d’une situation habituelle de délivrance de médicaments.
Voir la vidéo

L’infirmier scolaire : un partenaire clé de la Consultation Jeunes Consommateurs
Léa, 16 ans, élève de seconde, se rend à l’infirmerie du lycée pour fatigue et maux de ventre.
Voir la vidéo

Intervention en milieu scolaire : un contexte spécifique
L’équipe éducative d’un lycée professionnel signale un élève qui les inquiète à l’infirmière. Elle invite donc Cyril à la rencontrer.
Voir la vidéo

Le rôle et l’articulation entre les différents acteurs recevant des jeunes en intoxication éthylique aigüe
Médecins urgentistes
ELSA
Consultations jeunes consommateurs
outils facilitant le travail en partenariat

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) publie un nouvel état des lieux sur les données d’utilisation en France et la sécurité d’emploi du méthylphénidate (Ritaline, Ritaline LP, Concerta LP, Quasym LP, Medikinet). Il fait suite à un premier rapport publié en juillet 2013. Le méthylphénidate est un psychostimulant indiqué dans le trouble déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH) chez l’enfant de 6 ans et plus dans le cadre d’une prise en charge globale, lorsque les mesures correctives psychologiques, éducatives, sociales et familiales seules s’avèrent insuffisantes. Les nouvelles données collectées n’ont globalement pas identifié de nouveau risque. Cependant, une utilisation hors AMM est toujours constatée, notamment en initiation de traitement chez des adultes atteints de TDAH . L’ANSM souhaite rappeler que cette utilisation hors AMM peut favoriser la survenue d’effets indésirables graves.

ANSM, mai 2017

Lire le point d'information

Derniers contenus professionnels