Au sommaire de ce document paru en décembre 2018 et disponible en français : les données scientifiques attestant d'un usage médical du cannabis et des cannabinoïdes (efficacité et risques), les cadres réglementaires pertinents pour l'usage médical du cannabis et des cannbinoïdes, les approches adoptées par les pays (Etats-Unis, Canada, Union Européenne), les défis réglementaires

Wayne Hall, EMCDDA, 2018, traduction française avril 2019, 56 p.

Téléchargez le document

Lire notamment  :
La rue comme addiction / Jean-François Krzyzaniak 
Le logement, allié de la mise en œuvre du programme « Un chez-soi d’abord » ? /Lola Vives
Le modèle « Un chez-soi d’abord » au risque de sa diffusion / Christian Laval et Pascale Estecahandy
Le travail de médiatrice en santé paire au sein du programme « Un chez-soi d’abord » / Davia Ouaklil

Cahiers de Rhizome, 2019/1 (N° 71), mise en ligne 24 avril 2019

Téléchargez tous les articles de la revue

Le "French Paradox" (Paradoxe Français) a longtemps été un argument utilisé par le lobby du vin pour en promouvoir la consommation. Le secteur économique viticole, toujours à la recherche d'éléments pouvant contrebalancer les effets négatifs, avérés, importants et connus de longue date de la consommation d'alcool sur la santé, a brodé pendant plusieurs décennies sur un mythe, celui de la protection de la santé des Français par un régime à base de vin. Ce qui a été une opération de communication très réussie, à l'échelle mondiale, ne reposait que sur des approximations scientifiques et un excellent plan médias. Alors que la rigueur de la science a progressivement vidé de sa substance le prétendu "French Paradox", il n'est pas inutile de revenir sur cet épisode de désinformation à grande échelle et sur plusieurs décennies, et d'en tirer les leçons.

Nicolas Simon, Bernard Basset, Alain Rigaut, Myriam Savy, ANPAA, Décryptages N°36, 11 avril 2019

Téléchargez le document

"Une des principales questions qui se posent est de savoir si l’utilisation excessive des écrans peut engendrer une véritable addictioncomportementale. Cette notion doit être abordée avec précaution car elle répond à une définition médicale précise, réservée à des pathologies particulièrement lourdes. En outre, ces addictions comportementales caractérisées sont souvent associées à des troubles psychiatriques comorbides tels que dépression, anxiété, phobies ou troubles de la personnalité. L’appréhension de cette question est compliquée chez l’enfant et l’adolescent en raison de la diversité des contextes psychologiques et des situations individuelles" Lire en particulier le chapitre II.

Académie des sciences, Académie nationale de médecine, Académie des technologies, 9 avril 2019, 27 p.

Téléchargez le document

Au sommaire de ce numéro qui propose les interventions et les débats de la journée organisée par l'association Prospective Jeunesse en décembre 2018 :
Les jeunes et les drogues : la nécessaire approche relationnelle du genre / Charlotte Pezeril
Quelles approches pour mieux prévenir les addictions auprès des publics féminins / Carine Mutatayi
Comportements de santé : quelles différences entre garçons et filles ? / Damien Favresse
Faut-il intégrer le genre dans nos pratiques ? Femmes & Santé dialogue avec les travailleurs de terrain / Manoë Jacquet

Prospective Jeunesse, 2019

Téléchargez la revue

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a décidé d’améliorer la lutte contre l’hépatite C chez les usagers de drogue et d’élaborer des directives nationales en matière de prévention, de conseil, de dépistage et de traitement. L’objectif de ces directives consiste à établir des normes minimales dans tous les contextes de prise en charge et de traitement des usagers de drogue en vue de prévenir l’hépatite C et de lutter contre cette dernière, d’une part, et de renforcer la collaboration tout au long de la chaîne de soins, d’autre part. En raison du risque élevé de transmission du VHB et du VIH, les infections par ces virus sont également abordées dans ces directives.

Suisse, OFSP, Infodrog, mars 2019, 36 p.

Téléchargez le document

Alcool, tabac, cannabis et grossesse : protéger l'enfant de l'expositon aux substances psychoactives et améliorer les prises en charge. Plus de 750 000 enfants sont nés en France en 2018. 1 sur 1000 est né avec un syndrome d'alcoolisation foetale (SAF) complet, et 1 sur 100 souffre ou souffrira de troubles causés par l'alcoolisation foetale (TCAF) directement liés à la consommation d'alcool durant la grossesse. Les conséquences se caractérisent par des difficultés d'apprentissage, des troubles de la mémoire ou du comportement ainsi que par une plus grande vulnérabilité au risque d'addiction au cours de la vie. Ainsi en France, près de 500 000 personnes vivraient avec des symptômes variés liés à la consommation d'alcool de leur mère au cours de la grossesse. La consommation d'alcool pendant la grossesse représente ainsi la première cause de handicap mental non génétique et d'inadaptation sociale de l'enfant en France.

MILDECA, 2019, 4 p.

Téléchargez le document

Derniers contenus professionnels